Créer mon blog M'identifier

Retourner sur la première page du blog

Si on vous prête une réputation sulfureuse, ce n’est pas sans raison

Le 27 novembre 2014, 00:35 dans Humeurs 2

Buffet campagnard  - un week end printanier

 

Ce dimanche-là, l’air est frais comme une pastille à la menthe. La lumière du ciel est si douce qu’on l’imagine filtrée par des blancs montés en neige. Bref, l’atmosphère bucolique et paisible invite à une délicate poésie. Oui mais... C’était sans compter sur la phrase assassine d’une jeune péronnelle se donnant des airs faussement candides.

Les célibataires, dans la trentaine ou la quarantaine, et la réputation qu’on leur prête: voilà le sujet dont je débats avec un copain de 42 ans. Si vous êtes célibataire, vous avez déjà dû remarquer subir les regards revolver qu’on vous jette lorsque vous arrivez seule à une soirée. Vos yeux ont beau crier: “T’inquiète pas poupoule, ton mec retient autant mon attention qu’un -10% en période de soldes.”, rien n’y fait. Vous êtes sacrée “vilaine prédatrice de la soirée”. Entrer non accompagnée dans une salle n’est pas forcément évident. Mais quand vous savez qu’on vous fusillera d’un regard aussi glacial que celui d’un gambas sorti du congélo, je comprends que certaines finissent par se priver de sorties en solo (mauvaise idée) ou choisir d’être mal accompagnée (encore plus mauvaise idée).

 

Autre cliché élimé par la clique de représentants de la pensée “j’ai-un-avis-sur-tout-et-en-particulier-sur-l’intimité-des-autres”: un(e) célibataire ne connaît qu’une saison, celle de la chasse. Et apparemment, la/e célibataire tire sur tout ce qui bouge (mais quel chasseur de seconde zone!). Que ce soit clair pour tout le monde - et surtout pour les jaloux(ses) chroniques:attraper un porcelet tenu en laisse dans un enclos, ce n’est pas de la chasse.

 

La suspicion est dans votre sillage parce que vous êtes seul(e), non accompagné(e) et sans alibi! Bref, la conversation en est à ce point, lorsque drapée dans un petit chandail couleur pomme-de-terre non épluchée et non lavée, une jeune fille (qui a néanmoins déjà vécu plus que ce que vivent les roses) vous interrompt : “Il n’y a pas de fumée sans feu. Si on vous prête une réputation sulfureuse, ce n’est pas sans raison.”

 

Mon cerveau primitif m’entraîne illico vers cette pensée : “C’est sûr qu’avec ton accoutrement, jamais on ne t’affublera de réputation sulfureuse. Je te suggère vivement d’entamer des démarches pour un relooking. Et va chez le coiffeur aussi. Ensuite, on discutera de ce qui est ou non perçu comme sulfureux.” Avant que je n’aie le temps de partager cette réflexion ô combien profonde et constructive, le copain avec lequel je discute conteste et argumente calmement. Si bien que cette fille, sortie de nulle part, accapare une conversation... qui s’étiole.

 

Est-il possible que notre société soit encore pétrie de préjugés tout droit sortis du 19e siècle (même dans le tête d’une jeune fille de 23 ans)? En tout cas, ce qui ne s’étiole absolument pas, c’est ma volonté de crier haut et fort que “Nom d’une paire de Louboutins, arrêtez de ternir la réputation de personnes qui n’ont même pas envie d’aller voir dans votre jardin! Et... open your mind (juste un petit peu, ce serait déjà un grand pas, même avec des Louboutins aux talons vertigineux).”

 

Et donc, pour lutter contre les mentalités rétrogrades, je continuerai à arriver seule en soirée. Je continuerai à faire ma petite entrée tout sourire malgré la récolte de quelques regards jetés au visage comme une serpillière souillée. Car le coup du “Si on vous prête une réputation sulfureuse, ce n’est pas sans raison.” me donne l’énergie et la détermination d’une guerrière (exit les Louboutins, welcome les combat shoes). Certaines phrases assassines vous font prendre conscience qu’à votre manière, vous militez pour la liberté de choisir votre mode de vie et au diable les préjugés!

Mein Liebster Award

Le 22 novembre 2014, 22:38 dans Humeurs 2

Présente depuis une semaine sur Hellocoton, me voilà nominée pour un Liebster Award. Vous avez vu le beau logo rose?

Sinon, Liebster + coeur = je comprends que ça parle d’amour. Ca, c’est une déformation de mon âme romantique. En fait, la réalité est un peu différente (et moins romantique). Pour résumer, je dirais qu’un Liebster Award est un concentré de coups de coeur.

Il s’agit d’une chaîne entre bloggers visant à faire plus ample connaissance. L’idée est de:

  • donner 11 infos persos sur soi-même

  • répondre aux 11 questions que l’on vous envoie

  • en rédiger 11 autres

  • sélectionner 11 bloggers à qui les envoyer

Je relève donc le défi avec plaisir. Un tout grand merci à Caro de A mother in the City qui m'a nominée!

Mes infos (croustillantes ou pas)

  1. J’aime la photo. Enfin les photos prises par d’autres parce que les miennes...

  2. Au sein de mon cercle d’amies, je suis la seule à m’être réjouie à l’arrivée de mon 30e anniversaire.

  3. Je craque pour le chocolat, les cupcakes, les milkshakes et les anchois.

  4. J’adore flemmarder avec un PC dans la main droite et un bon bouquin dans la main gauche.

  5. Je suis convaincue d’avoir des ancêtres italiens.

  6. Je sors… trop.

  7. Je cours… trop peu.

  8. J’aime le rose fuschia, le rose pâle, le rose thé, le rose vintage, le rose vif.

  9. Je suis une fan de “Sex and the City” (la série, pas les films).

  10. Mes cheveux m’imposent leur loi.

  11. Fanny Hillier n’est pas mon vrai nom.

Et maintenant place aux questions questions de Caro (et à mes réponses) :

  1. Quel est ton idéal féminin?

Carrie Bradsaw (qui a détrôné Lara Croft) depuis que j’ai 30  ans et que je porte des talons.

  1. Ce qui a le don de t’énerver?

Mais presque rien. Je suis zen en toutes circonstances, moi. Quelques exemples pour vous en convaincre? Les lunettes des toilettes relevées, les billets de loterie perdants, les plantes artificielles, le faux chocolat, les trains en retard, les mégères, les crevaisons, les PC récalcitrants, les factures (de tous types), etc.

  1. Ton plus beau voyage?

A mon avis, à venir… Ma prochaine destination sera New York. J’en rêve depuis 5 ans. Et j’espère bien trouver la maison de Carrie Bradshaw!

  1. Plutôt appart’ en ville, maison à la campagne ou entre les deux?

Les deux: je suis pour l’alternance (règle qui s’applique aussi aux tâches ménagères).

  1. Quelle est l’expression que tu emploies le plus?

Je n’oserais pas...

  1. La chose que tu changerais chez toi si c’était en ton pouvoir?

Ma date de naissance: je voudrais être née en 1995 (et conserver toutes mes expériences). Ca signifie aussi que je pourrai à nouveau fêter mes 30 ans. :-)

  1. Ecrivain culte?

Dostoïevski!

  1. La dernière fois que tu as prononcé un gros mot?

En lisant ces questions et en pensant à mon expression la plus fréquente.

  1. Ton dernier fou rire?

Hier soir quand on m’a posé la question: “C’est vrai que tu es en couple?”

  1. Ton achat le plus déraisonnable?

Pas un achat, mais l’accumulation de babioles parfaitement inutiles et donc rigoureusement indispensables.

A moins que ce ne soient les 3 cupcakes de ce jeudi que j’ai enfilés au bureau planquée derrières mon PC. :)

  1. Que fais-tu, toi, dans les embout’s?

a) Je les évite (itinéraire bis).
b) Je peste et je jure (clin d’oeil à l’expression que j’emploie le plus).
c) J’appelle le bureau pour prévenir de mon retard.

Les nominées sont...

A mon tour de désigner les prochaines victimes qui passeront sur le grill. :-)

Noémi d’Un blog une fille que je suis depuis un an et grâce à qui je fais mille et une découvertes sur le web qui, finalement, peut être technique ET fun.

La crevette en sucre pour son regard lucide sur des poncifs qui méritent bien qu’on leur torde le cou.

Aurélie de Just a girl pour l’ensemble de ses articles mais surtout pour son audacieuse reconversion!

Malak avec les Pop and Soda pour les découvertes déco et les bonnes idées culinaires.

Sophie qui nous démontre que les clés de la mode n’existent pas sur Sophieplusmode.

Eleonore Bridge, non parce que c’est une star du web ;-), mais pour ses textes savoureux et les magnifiques photos de son blog de la méchante.

Véronique pour ses tuyaux sur Checkpoint. Grâce à elle, je crée des infographies en toute simplicité!

Lavipo pour ses dessins et son humour qui nous parlent et nous boostent!

Miss Cloudy que je félicite pour sa participation aux MIB Awards 2014.

Anne-So & Carine pour leur Hello tout beau tout doux qui regorge de belles idées déco.

Marocute pour les conseils make up, lifestyle, etc. Il y en a pour tous les goûts.

Voici mes questions:

  1. Ton film culte?

  2. Selon toi, quelle ville te ressemble le plus?

  3. Le matin, tu es plutôt thé, café ou... cacao?

  4. Pour noël, tu voudrais…

  5. Si tu disposais d’une machine à voyager dans le temps, à quelle époque ferais-tu escale?

  6. Décris ton blog en UN mot.

  7. As-tu un objet fétiche ou porte-bonheur? Si oui, quel est-il?

  8. Plutôt mer ou montagne?

  9. Demain, tu trouves un lampe magique, tu la frottes et un génie en sort. Quels sont tes trois voeux?

  10. Quelle est ta citation préférée?

Merci et… Enjoy!

Les filles, revoyez vos exigences à la baisse!

Le 22 novembre 2014, 17:16 dans Humeurs 1

 

21h00, à l’occasion d’un dîner entre copines.

Réunion au sommet entre célibataires. Enfin... les célibataires sont au nombre de deux: mon amie Anicée et moi. La troisième, Sophie, est en couple. Enfin... plus ou moins. Disons que les bois qui lui poussent sur le sommet du  crâne l’ont contrainte à une pause “réflexion” dont Anicée et moi savons pertinemment qu’elle finira en réconciliation aussi amère qu’un citron de Murcie qu’on croque avant qu’il ne soit mûr.

 

Au menu ce soir: poulet et riz exotiques aux épices existentielles. Pendant qu’Anicée et moi nous affairons à détailler la mangue en petits cubes tout en détaillant nos déconvenues sentimentales, Sophie nous stoppe dans notre élan: “Les filles, revoyez vos exigences à la baisse!” Et elle ne parle pas de nos exigences culinaires. Elle parle "Jules". Subitement, je sens que j’ai un oignon à peler…et, petite précision, je suis équipée armée d’un couteau doté d'une lame de 17 cm!

 

Je range mes pulsions vengeresses au placard (juste à côté de l’arsenic) et lance: “Tu vois le mot “braderie” écrit sur mon front peut-être?”. Anicée confirme avec un: “On n’est pas le SAMU social!” Mais le constat est implacable. Pour Sophie, être trentenaire, célibataire et sans enfant est l’ultime humiliation, la damnation suprême, le foirage total d’une pauvre existence bonne à mettre aux ordures. Il paraît qu’on estime à 100 millions le nombre de célibataires dans le monde. Je comprends mieux pourquoi l’humanité se porte si mal. Tu es célibataire? Tu as 30 ans ou plus? Sache que ta vie est finie,ratée, échouée comme une baleine en mal de boussole.

 

Lorsque j'entends ce genre d'inepties, je crois être victime d'hallucinations auditives. Bon sang! On vit dans le siècle de l’hyper-connectivité, du bozon et de Carrie Bradshaw (bon ok, elle c’était déjà le 20e siècle) et on serait fini à 30 ans?!

 

Mais surtout, je ne lui ai rien demandé à Sophie. A quoi rime cette petite leçon moralisatrice sur les exigences trop élevées de ses amies? Est-elle le reflet de l’estime (bien basse) que nous porte Sophie? Dans ce cas, je dirais que sur une escabelle de 5 marches, j’ai le sentiment qu’elle nous place sur le carrelage, au niveau zéro. Même pas besoin de sortir l’escabelle du placard.

 

Et puis, c’est quoi une “exigence trop élevée”?! Un mec libre? (entendez par là qu’il ne retire pas son alliance juste avant de vous adresser la parole) Un mec qui a de la conversation? (parce qu’Axel Witsel est peut-être une étoile montante du foot mais après 45 minutes, le sujet est épuisé. Du moins, il m’épuise) Un mec présentant un minimum d’attrait? (un modèle sans broussaille qui jaillit des oreilles, sans herpès labial, sans un chapelet de furoncles sur le dos; c’est possible?) Un mec qui a un genre de vie pas trop éloigné du vôtre? (non courir l’Amazonie sur les traces d’un anaconda n’est pas mon rêve)?

 

 

Les phrases assassines nous désarçonnent parfois quand elles sortent de la bouche d'un proche censé nous vouloir du bien. Elles aident parfois à prendre conscience que l’amour et l’amitié bas de gamme, on n’en veut pas. On les rejette. Parce que, définitvement, les boulets et les chaînes au 21e siècle, ça ne se traîne plus... même aux pieds des éléphants!

Voir la suite ≫