21h00, à l’occasion d’un dîner entre copines.

Réunion au sommet entre célibataires. Enfin... les célibataires sont au nombre de deux: mon amie Anicée et moi. La troisième, Sophie, est en couple. Enfin... plus ou moins. Disons que les bois qui lui poussent sur le sommet du  crâne l’ont contrainte à une pause “réflexion” dont Anicée et moi savons pertinemment qu’elle finira en réconciliation aussi amère qu’un citron de Murcie qu’on croque avant qu’il ne soit mûr.

 

Au menu ce soir: poulet et riz exotiques aux épices existentielles. Pendant qu’Anicée et moi nous affairons à détailler la mangue en petits cubes tout en détaillant nos déconvenues sentimentales, Sophie nous stoppe dans notre élan: “Les filles, revoyez vos exigences à la baisse!” Et elle ne parle pas de nos exigences culinaires. Elle parle "Jules". Subitement, je sens que j’ai un oignon à peler…et, petite précision, je suis équipée armée d’un couteau doté d'une lame de 17 cm!

 

Je range mes pulsions vengeresses au placard (juste à côté de l’arsenic) et lance: “Tu vois le mot “braderie” écrit sur mon front peut-être?”. Anicée confirme avec un: “On n’est pas le SAMU social!” Mais le constat est implacable. Pour Sophie, être trentenaire, célibataire et sans enfant est l’ultime humiliation, la damnation suprême, le foirage total d’une pauvre existence bonne à mettre aux ordures. Il paraît qu’on estime à 100 millions le nombre de célibataires dans le monde. Je comprends mieux pourquoi l’humanité se porte si mal. Tu es célibataire? Tu as 30 ans ou plus? Sache que ta vie est finie,ratée, échouée comme une baleine en mal de boussole.

 

Lorsque j'entends ce genre d'inepties, je crois être victime d'hallucinations auditives. Bon sang! On vit dans le siècle de l’hyper-connectivité, du bozon et de Carrie Bradshaw (bon ok, elle c’était déjà le 20e siècle) et on serait fini à 30 ans?!

 

Mais surtout, je ne lui ai rien demandé à Sophie. A quoi rime cette petite leçon moralisatrice sur les exigences trop élevées de ses amies? Est-elle le reflet de l’estime (bien basse) que nous porte Sophie? Dans ce cas, je dirais que sur une escabelle de 5 marches, j’ai le sentiment qu’elle nous place sur le carrelage, au niveau zéro. Même pas besoin de sortir l’escabelle du placard.

 

Et puis, c’est quoi une “exigence trop élevée”?! Un mec libre? (entendez par là qu’il ne retire pas son alliance juste avant de vous adresser la parole) Un mec qui a de la conversation? (parce qu’Axel Witsel est peut-être une étoile montante du foot mais après 45 minutes, le sujet est épuisé. Du moins, il m’épuise) Un mec présentant un minimum d’attrait? (un modèle sans broussaille qui jaillit des oreilles, sans herpès labial, sans un chapelet de furoncles sur le dos; c’est possible?) Un mec qui a un genre de vie pas trop éloigné du vôtre? (non courir l’Amazonie sur les traces d’un anaconda n’est pas mon rêve)?

 

 

Les phrases assassines nous désarçonnent parfois quand elles sortent de la bouche d'un proche censé nous vouloir du bien. Elles aident parfois à prendre conscience que l’amour et l’amitié bas de gamme, on n’en veut pas. On les rejette. Parce que, définitvement, les boulets et les chaînes au 21e siècle, ça ne se traîne plus... même aux pieds des éléphants!